00 : IL ÉTAIT UNE FOIS… ANNIE CHANCEL (16/08/1945)

16 AOÛT 1945

Annie CHANCEL naît vers la banlieue parisienne SUD à CRÉTEIL (VAL DE MARNE). Elle voit le jour dans le pavillon de ses grands-parents maternels, situé 30 rue Paul-François AVET.

00 PARIS MATCH

Le magazine MATCH qui existait depuis 24 ans vient d’être repris entre-temps par Jean PROUVOST, sous le nom de PARIS MATCH. Il parle d’actualité politique et de sociale, mais aussi de l’artistique avec le cinéma et la télévision.

Son enfance se déroule dans le 13ème arrondissement de PARIS au 4ème étage d’un immeuble qui se trouve, 9 rue du docteur Charles RICHET près de la place d’ITALIE à côté du métro NATIONALE. Sa scolarité se passe à l’école communale des jeunes filles, rue de PATAY dans le quartier de TOLBIAC. Pour ses vacances scolaires, elle ira dans une petite maison au CLOS DU ROY à TIGERY (ESSONNE), vers la forêt de SENART, qui appartient à ses grands-parents maternels et également chez sa meilleure amie LYDIA, à COMBS LA VILLE (SEINE ET MARNE).

Vers l’âge de 8 ans ses parents l’inscrivent à des cours de danse classique chez Marcelle DAZY, une amie de Renée DORLEAC, la maman des futures actrices Françoise DORLEAC et de Catherine DENVEUVE. Les cours se passent du côté la gare d’AUSTERLITZ, dans un local mis à la disposition par la S.N.C.F en compagnie d’une vingtaine de filles de cheminots pour la plupart. C’est à cette occasion, qu’elle fait la connaissance de Françoise DORLEAC et en fin d’année tout le groupe de danse participe à une fête dans les salles de cinéma, dont la Salle VALHUBERT. Elles font également des spectacles aux Théâtre des FOLIES-BERGÈRES ou au GAUMONT-PALACE vers la place de CLICHY. Parallèlement, Annie CHANCEL apprend le solfège pour jouer du piano.

00 1955 1

En 1955 un jeune adolescent Jean-Philippe SMET qui deviendra Johnny HALLYDAY, participe à la figuration du film « Les diaboliques » d’Henri-Georges CLOUZOT avec les acteurs Simone SIGNORET, Paul MEURISSE et Véra CLOUZOT, etc.

Elle suit les conseils de son professeur de chant, madame CAEN en participant à un concours aux chœurs de la R.T.F, mais se fait recaler à cause de sa voix qui mue.

00 TELE DIMANCHE

En 1959, Raymond MARCILLAC lance à la télévision, l’émission TÉLÉ DIMANCHE mélangeant l’actualité sportive et la variété.

Les 78 TOURS cessent de paraître pour laisser place aux 45 TOURS et 33 TOURS. En studio d’enregistrement, les chansons se font avec les premiers magnétophones BI-PISTES AMPEX, sur 3 pistes.

Quelques artistes débutent à PARIS, dans les cabarets de la rue BLANCHE avec Georges ABER chantant du BRASSENS et vers le quartier de la TRINITÉ, avec Jean-Philippe SMET « Johnny HALLYDAY », etc.

L’adolescente obtient son certificat d’études et entre dans une école, rue du CHÂTEAUX DES RENTIERS à PARIS 13è pour étudier la comptabilité. Elle veut devenir danseuse classique, écuyère ou acrobate et passe un examen d’entrée devant le chorégraphe Serge LIFAR à l’OPÉRA GARNIER, sans succès à cause de sa grandeur.

SEPTEMBRE 1961 

00 age tendre

Albert RAISNER anime une nouvelle émission de variété ÂGE TENDRE ET TÊTES DE BOIS pour les adolescents, mélangeant les rockeurs et les yé-yé français ou étrangers.

Quelque part dans la capitale, Annie CHANCEL travaille tous les matins avec ses parents sur les marchés et l’après midi, elle continue de suivre des cours de comptabilité. Dans la salle à manger de ses parents qui lui sert également de chambre, la jeune fille possède son petit coin en y collant des affiches de Johnny HALLYDAY, Eddy MITCHELL et les CHAUSSETTES NOIRES, Ricky NELSON, Elvis PRESLEY, Jean-Louis TRINTIGNANT, etc. Passionnée de musique, l’adolescente se renseigne où se jouent les groupes musicaux.

LES PÉNITENTS 

00 1961 1

Avec son copain Alain TORDJMAN (Alain DAUMAS), la jeune fille se rend dans un vieux théâtre municipal de CHARENTON LE PONT (VAL DE MARNE). Ils y trouvent Claude PIRON (Danny BOY) en compagnie de l’orchestre les PÉNITENTS : le batteur José ANFONSO, le bassiste Didier PASTOR, le guitariste rythmique RA-LAÏ et le guitariste soliste Bruno RAVELOSON. Ce dernier lui demande de répéter avec eux pour un certain temps. Elle accepte en restant quelques jours. Le guitariste Paul BENAÏM, frère de William BENAÏM du groupe les CHAUSSETTES NOIRES, accompagne occasionnellement les PÉNITENTS et devient ami avec Annie CHANCEL et Alain TORDJMAN (Alain DAUMAS). Quelques temps plus tard et après une séparation, elle souhaite créer un orchestre avec Paul BENAÏM, mais celui-ci ne peut pas car il est souvent demandé pour des galas.

LES GUITARES BROTHERS

00 1962 1

En revanche, il lui présente un autre groupe les GUITARES BROTHERS : Alain DESPLANCHES à la guitare rythmique, Pierre DESPLANCHES à la guitare solo, Gilbert GUILLEMIN à la batterie et Martin TUSSEAU (TONY) à la basse. Pierre DESPLANCHES va chercher souvent Annie CHANCEL sur les marchés et aide ses parents à remballer avant de rejoindre le groupe pour répéter, dans un ancien local de la S.N.E.C.M.A devenu un cinéma désaffecté, rue d’ARCUEIL à PARIS 14è face à la CITE UNIVERSITAIRE. Elle prend un pseudonyme intitulé Anny CHAUSSENAC, un nom provenant d’une commune du CANTAL en AUVERGNE, où sa famille paternelle vivait.

00 SALUT LES COPAINS 1

Depuis quelques années, le ROCK’N'ROLL est la révolution musicale et le TWIST vient de faire son apparition. En 1962, Daniel FILIPACCHI et Frank TENOT créent le premier journal pour les jeunes S.L.C : SALUT LES COPAINS, avec des photos, des posters et des reportages sur les vedettes.

00 SALUT LES COPAINS

Ce magazine est soutenu par l’émission de radio qui porte le même nom, diffusée chaque jour sur EUROPE N°1 depuis 1959, avec le collaborateur Michel BRILLIE et la mascotte « LE CHOUCHOU ».

JUIN 1962

00 1962 2

Un jeune chanteur Claude CARRERE, veut produire un artiste et rencontre Micheline RAMETTE, la maman du futur Mathieu GONET (STAR ACADEMY) qui accepte d’enregistrer l’un de ses titres « Ma mélodie », qu’elle remporte au Festival d’ENGHIEN. La chanson sera reprise par Richard ANTHONY. Grace à ce festival, Claude CARRERE fait la connaissance d’André SALVET. Ils travaillent aux Editions RAOUL BRETON en écrivant des adaptations françaises, d’après les chansons étrangères.

Par l’intermédiaire d’une personne de l’entourage de Vince TAYLOR, le jeune chanteur Umberto PETRUCCI « LE COIFFEUR CHANTANT » lui explique le système d’une formule de production indépendante, venue des ETATS-UNIS. Le futur producteur trouve l’idée intéressante et veut faire de lui, le Paul ANKA français. Umberto PETRUCCI lui apporte la chanson « Sheila » de Tommy ROE. Claude CARRERE lui emprunte de l’argent pour payer la sortie d’un 45 TOURS, avec une adaptation française que le coiffeur chantant enregistrera.

11 AOÛT 1962

PERROS-GUIREC « CASINO » LA NUIT DU TEXAS (ANNIE CHANCEL et les GUITARES BROTHERS) avec d’autres artistes. Cette prestation est certifiée par le directeur de l’établissement Roger GIENERO. La presse locale souligne leur passage en précisant qu’ils sont jeunes mais talentueux, accompagnés de la trépidante chanteuse Anny CHANCEL ! Elle chante avec eux sur un répertoire de Richard ANTHONY, Pétula CLARK, Dick RIVERS & les CHATS SAUVAGES, etc.

SEPTEMBRE 1962 

EPSON scanner Image

Claude CARRERE fait enregistrer « Sheila » à Lucky BLONDO, d’après la version originale de Tommy ROE. Umberto PETRUCCI devait le sortir et celui-ci mécontent, vient trouver le producteur qui répond avec de tels arguments que finalement ne connaissant personne d’autre dans le métier, il ne peut se rebeller et repart donc à LYON, où le coiffeur chantant tient un grand salon de coiffure avec son père.

GOLF DROUOT 

00 1962 4

Le guitariste Alain DESPLANCHES (GUITARES BROTHERS) se rend au GOLF DROUOT à PARIS 9è, situé au-dessus du CAFÉ D’ANGLETERRE à l’angle du boulevard des ITALIENS et de la rue DROUOT, pour demander une audition auprès du directeur de l’établissement, Henri LEPROUX. Il veut inscrire le groupe au tremplin, patronné par LA PRESSE MAGAZINE où des jeunes musiciens souhaitent participer et être connus. Claude CARRERE est à la recherche d’une jeune chanteuse qui prendra le pseudonyme SHEILA, l’adaptation qu’il vient de faire pour Lucky BLONDO. Le jeune auteur-compositeur vient d’auditionner plusieurs filles, dont une lilloise GELOU (FESTIVAL DE ROCK 1961), ainsi qu’Arlette HECQUET « SOPHIE ».

00 1962 5

Le directeur du GOLF DROUOT informe Claude CARRERE, qu’un groupe cherche à auditionner les GUITARES BROTHERS. Il passe les écouter en leur demandant si la jeune Annie CHANCEL chante. Aussitôt, elle commence « Sur ma plage » de Dick RIVERS & les CHATS SAUVAGES. Claude CARRERE l’interrompt pour en demander une autre. La jeune fille entame « Chariot » de Pétula CLARK, mais il souhaite entendre de nouveau une autre chanson. Elle termine en interprétant « Je chante doucement » également de Pétula CLARK. Claude CARRERE revient le lendemain avec Jacques PLAIT (DIRECTEUR ARTISTIQUE DES DISQUES PHILIPS). Il dirige la partie des variétés en ayant 17 artistes de tous les styles. Séduits par la voix claire et aiguë d’Annie CHANCEL, ils décident de l’écouter en studio. L’animateur du GOLF DROUOT et le journaliste Roger FREY, propose une autre fille Cléo LARRY à Claude CARRERE, mais celui-ci préfère sa dernière découverte. Il lui en demande les raisons et le producteur affirme que l’autre a un côté beaucoup plus provocant, pour ne pas dire autrement. Claude CARRERE veut une personne rassurante à côté des blousons noirs et des fauteuils cassés.

PRODUCTION CARRERE ET PLAIT

00 1962 6

Jacques PLAIT envoie une lettre de démission à Georges MEYERSTEIN-MAIGRET (P.D.G DES DISQUES PHLIPS). Il fait un autre courrier en lui demandant de produire d’une façon indépendante un artiste, pour la maison de disques. Après autorisation, Claude CARRERE et Jacques PLAIT créent un label de production : PRODUCTION CARRERE ET PLAIT. Ils deviennent les premiers producteurs indépendants et exclusifs pour une chanteuse en FRANCE en possédant son catalogue, ses enregistrements et non à la maison de disques. Les 2 producteurs demandent à Maurice TEZE de s’associer avec eux, mais refuse tout en leur donnant quelques conseils. Ils s’adressent également à André SALVET, afin de monter une production ensemble pour 30.000 francsCe dernier n’accepte pas mais croit en leur démarche.

Annie CHANCEL enregistre quelques essais au STUDIO de la D.M.S (DIFFUSION MUSICALE SONOR) appartenant aux DISQUES PHILIPS rue SAUSSIER-LEROY, près de la place de l’ETOILE dans le 17ème arrondissement. Entre-autre, elle y enregistre « Chariot » de Pétula CLARK, « Va lui dire que je l’aime tant » adapté d’un titre d’Elvis PRESLEY « The girl of my best friend », « Je chante doucement » de Pétula CLARK, avec l’ingénieur du son François DENTAN.

Claude CARRERE et Jacques PLAIT signent un contrat de licence et de distribution, avec Georges MEYERSTEIN-MAIGRET (P.D.G DES DISQUES PHILIPS), l’un des premiers patrons administratifs d’une maison de disques depuis 1948, possédant plusieurs directeurs artistiques : Roland BERGER, Jacques CANETTI, Claude DEJACQUES, Lee HALLYDAY, Jacques PLAIT, Jean-Jacques TILCHE, Boris VIAN, etc.

15 SEPTEMBRE 1962

Etant mineure, ses parents signent un « CONTRAT EXCLUSIVITÉ » avec Claude CARRERE et Jacques PLAIT dans un café-restaurant « LE FLEURUS », 10 Boulevard JOURDAN près du Parc MONTSOURIS. Les 2 producteurs lui donnent le pseudonyme SHEILA, car Claude CARRERE prévoit d’écrire la version féminine de Lucky BLONDO. Ils fixent les royalties à 3% du prix de gros sur les ventes de disques après la déduction des frais qui mélangeront les avantages en nature et les vinyles, sur une fiche de paie mensuelle en tant que « chanteuse salariée » pendant 20 ans.

29 SEPTEMBRE 1962

PARIS 5è « PALAIS DE LA MUTUALITÉ » GRAND BAL DE NUIT : FÊTE DU C.C.E (ANNIE CHANCEL et les GUITARES BROTHERS) avec d’autres groupes, organisé par la S.N.E.C.M.A.

OCTOBRE 1962

00 1962 10

Elle effectue des séances avec le photographe Stan WIEZNIAK, pour la pochette.

26 OCTOBRE 1962

La jeune fille enregistre les 4 titres du 1er 45 TOURS, au STUDIO de la D.M.S (DIFFUSION MUSICALE SONOR) à PARIS 17è. Les DISQUES PHILIPS financent une partie de la production du disque.

Publié dans : ||le 8 août, 2007 |10 Commentaires »

10 Commentaires Commenter.

  1. le 26 août, 2007 à 16:01 tondre écrit:

    bonjour ! je te souhaite bonne chance pour ton blog ! il est très interessant ! je viendrai je crois souvent ! mon surname est tifab ! à bientot, et bravo pour ce site très innovateur ! amicalement ! tifab

    Répondre

  2. le 6 décembre, 2007 à 18:06 Bernard écrit:

    Très beau blog, bien documenté. J’ai un malaise avec la date de naissance. Pour moi c’est le 16 août 1946. Y a-t-il moyen de vérifier cela? Merci!

    Répondre

  3. le 14 décembre, 2007 à 13:34 ondit écrit:

    Désolé pour la réponse un peu tardive, et merci pour ton compliment. Il n’y a pas vraiment un moyen de vérifier, mais il y a une quinzaine d’années, le hasard a fait que j’ai connu quelqu’un qui travaillait chez un notaire, et avait pu se procurer une photocopie de l’acte de naissance de Sheila, où était bien spécifié : 16 août 1945.

    Répondre

  4. le 27 juillet, 2009 à 3:01 PATOCHE écrit:

    Salut Stéphane,

    Je découvre peu à peu ton boulot titanesque (chapeau bas pour la quête de renseignements précis). Je vois que mes 5 années de notariat m’ont permis de te fournir une date très précieuse !
    Je ne manquerai pas d’avoir d’autres réactions au fur et à mesure de mes lectures…
    Bises et bonnes vacances.

    Répondre

  5. le 12 novembre, 2009 à 19:19 mogenot écrit:

    bonjour a vous je me presente je suis le petit fils du frere de votre grand mere mogenot nos parents nous avais caché quand nous etions petit d’ailleurs j’ai 58 ans et nous l’avons apris il y a pas longtemps
    et en plus quand vous vous etes marié avec ringo nous etions voisin avec lui a toulouse le hazard sa mere tenat un salon de coiffure a coté de la gendarmere ou nou habitions et toujour le secret de famille alors je vous envois le bonjour a vous et votre famille amitié

    Répondre

  6. le 1 janvier, 2010 à 15:31 Simone écrit:

    Bonjour !
    J’ai maintenant 72 ans et ai sans doute connu Anny Chancel lorsqu’elle apprenait la danse dans les locaux mis à la disposition de Marcelle Dazy par la SNCF à la Gare d’Austerlitz!
    J’ai moi aussi suivi ses cours de 1946 à 1955 ! J’ai aussi connu les « petites Dorleac » qui ne sont pas restées bien longtemps !
    Mon « nom de scène » de l’époque était : Catherine Fauvel !
    Nostalgie des galas donnés pour les Arbres de Noël de grosses entreprises en faveur des enfants de leur personnel.
    Bien à vous, restez comme vous êtes, vous êtes super !

    Répondre

  7. le 24 janvier, 2010 à 15:19 lylytop écrit:

    moi aussi je croyais que c’etais 1946, mais qu’importe l’essentiel c’est qu’elle a bercé toute mon enfance et j’écoute encore avec plaisir ces chansons qui m’ont fait réver
    a bientôt
    lylytop

    Répondre

  8. le 7 mars, 2010 à 15:33 Patrick écrit:

    Félicitations pour ton blog de qualité très bien réalisé et qui fourmille d’informations sur la carrière de Sheila.
    j’y reviendrai souvent.

    Amicalement.

    Répondre

  9. le 22 mai, 2011 à 19:53 Berger écrit:

    Merci à Sheila pour avoir parlé de Roland BERGER,
    directeur des maisons de disques AZ, Barclay et Philips.Sans oublier Le Don Camilo, cabarêt-spectacle à Paris. Egalement professeur de l’Ecole de l’Olympia dans les années 60 auprès de Bruno Coquatrix.
    C’est un découvreur de talents, à l’origine de la carrière de Dalida, Michèle Torr, Daniel Gerard, Enrico Macias, il a fait travaillé Alain Delon avec Dalida, Christophe, mais aussi Bernard Mabille, Roberto Galbès et de nombreux artistes.
    Roland Berger, ancien résistant, connait bien l’Opéra de Paris pour y avoir travaillé après 1945. Il a rencontré Raimu et Roland Dumas à cette période.
    Sheila est très importante aussi pour lui et il est très fière de sa brillante carrière.

    Répondre

  10. le 20 août, 2012 à 11:52 will écrit:

    bravo pour votre blog très complet

    Répondre

Laisser un commentaire

mp33 |
Ornella |
le site d' ismaelovic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attitude 2007
| TKC TRIBE
| MaRiE : KiLlErPILZe eT tOk...