99-65 : SHEILA A L’OLYMPIA « JE SUIS VENUE TE DIRE QUE JE M’EN VAIS » (03, 04, 05, 06, 07 et, 10, 11, 12, 13, 14 et 15/10/1989) SPECTACLE

00 1989 1

LES SPECTACLES CAMUS-COULLIER PRÉSENTENT :

SHEILA A L’OLYMPIA

« JE SUIS VENUE TE DIRE QUE JE M’EN VAIS » 

Avant de passer sur scène, habillée d’un peignoir blanc et d’une serviette blanche nouée autour de la tête, SHEILA apparaît quelques secondes devant le rideau rouge pour annoncer l’imitateur Christian BRIAND en première partie, avec Gérard DAGUERRE au piano.

PREMIÈRE PARTIE

Elle démarre aussitôt sur « Vous les copains je ne vous oublierai jamais », en robe bustier très courte de chez YVAN & MARZIA. La chanteuse enchaîne « Jolie petite Sheila », « Première surprise-partie », « L’heure de la sortie » et « L’école est finie » dans une ambiance très sixties et COUNTRY, d’après les arrangements musicaux de Yann BENOIST. Un décor reste permanent avec des fausses briques collées sur un grand panneau en contreplaqué, afin de recréer l’ambiance de la photo du célèbre magazine SALUT LES COPAINS. Des tags y figurent avec pour inscription « Johnny, Sylvie, Françoise, Eddy, Dick », etc.

1989102.bmp

Après cette série joyeuse, SHEILA propose « Ecoute ce disque » accompagnée d’une première surprise. Au milieu de la chanson, elle interprète un extrait du titre…

1 : PUT YOUR HEAD ON MY SHOULDER de Paul ANKA en 1959, d’après les paroles et la musique de Paul ANKA (Editions SPANKA MUSIC CORP, Editions CHRYSALIS MUSIC FRANCE et Editions INTERSONG PARIS)

La chanteuse termine en reprenant « Ecoute ce disque ». SHEILA s’adresse enfin au public et lui fait part son bonheur d’être là. Elle propose de continuer cette petite balade à travers les années soixante. C’est ainsi que la chanteuse poursuit son tour de chant avec « Bang-Bang » assise sur une marche, devant la scène. Toujours sur le rythme yé-yé, SHEILA fait un clin d’œil avec une reprise récente de « Comme aujourd’hui ». En hommage à la version originale des RONETTES « Be my baby », elle interprète le deuxième couplet et le deuxième refrain en anglais. Pour terminer cette parenthèse rétro, la chanteuse surprend avec…

1 : JUST A GIGOLO… I AIN’T GOT NOBODY de Irving CAESAR « Schoner gigolo » en 1929, d’après une chanson autrichienne de 1928, sur des paroles et la musique de Léonello CASUCCI et Julius BRAMMER, repris pour le film « Betty Boop » en 1931, par Louis ARMSTRONG, Bing CROSBY, Ted LEWIS & HIS BAND, puis Louis PRIMA en 1943 pour l’armée américaine, EVA en 2010, d’après une adaptation de Roger GRAHAM (Editions ESCHIG Max SO, Editions UNIVERSAL MUSIC PUBLISHING INTERNATIONAL L.T.D et Editions WIENER BOHEME-VERLAG)

SHEILA le chante avec une énergie incroyable aussi bien dans l’interprétation et la prestation scénique sur une ambiance de fête. Lors du pont musical, elle improvise une mini chorégraphie en compagnie des choristes Bénédicte LECROART et Sophie WALTER, inspirée de plusieurs comédies musicales vues à BROADWAY.

DEUXIÈME PARTIE

Avant d’entamer la suite de ce récital, la chanteuse disparaît pour changer de vêtements pendant que les musiciens jouent une très longue introduction musicale. SHEILA revient vêtue d’une veste noire avec un body de dentelle blanche, pantalon noir et petites chaussures plates de la même couleur, d’après la créatrice de mode Irène VAN RYB. Elle entame son répertoire des dernières années en commençant par « Monsieur Vincent » avec les jeux de lumières, en même temps que les coups de batterie dans le deuxième couplet. La chanteuse poursuit en interprétant « L’écuyère », assise sur un trapèze en hauteur. Il n’est pas évident au niveau du retour pour le son, de chanter ce titre. SHEILA passe à une partie plus rock et moderne avec « Je suis comme toi » et « Le dieu de Murphy », dans lequel les lumières rouges dominent la scène en accord avec le rythme musical. Elle continue sur « Pour te retrouver » très ROCK et COUNTRY, puis « Emmenez-moi ». La chanteuse enlève la veste et interprète « Partir ». Les musiciens attaquent une longue introduction musicale et très ROCK, pour « Le tam-tam du vent » dans une toute nouvelle version musclée. SHEILA propose son hit interplanétaire « Spacer » et les musiciens enchaînent aussitôt sur « Glori gloria », avec l’arrivée de la danseuse Jamie COSTA à la fin du titre. Elles exécutent une chorégraphie lors du pont musical à la fin de la chanson.

00 1989 2

RAPPELS

La chanteuse salue et revient plusieurs fois avant de commencer le rappel. SHEILA réapparaît, habillée d’un jean bleu et d’un tee shirt blanc. Elle y fait une annonce : « Il y a deux choses difficiles à dire dans la vie, c’est je t’aime et je pars. Ceci est mon dernier spectacle, j’ai toujours voulu finir sur un rideau rouge et je suis ravie de l’avoir partagé avec vous. Sachez avant tout, que je vous aime très fort ». Gros choque dans la salle, les fans et le public hurlent : « Non !!! »… Pour clore ce rappel, l’artiste entame…

1 : JE SUIS VENUE TE DIRE QUE JE M’EN VAIS de Serge GAINSBOURG en 1973, d’après les paroles et la musique de Serge GAINSBOURG, repris par Jo LEMAIRE, Jane BIRKIN, Rufus WAINWRIGHT en 2011 (Editions MELODY NELSON PUBLISHING)

Certains restent muets et d’autres se demandent si les représentations vont continuer jusqu’au dernier jour. SHEILA serre les mains de ses fans massés au premier rang, qui lui supplient de rester. Elle reviendra tous les soirs avec le même discours, devant un public à guichets fermés.

04 OCTOBRE 1989

SACRÉE SOIRÉE (Par Jean-Pierre FOUCAULT) T.F.1 Le tam-tam du vent.   

15 OCTOBRE 1989 

Lors de la dernière, les fans et le public attendent la chanteuse devant l’entrée des artistes de la rue CAUMARTIN, bloquée à la circulation par la foule. SHEILA arrive en voiture, escortée par deux motards et du producteur Jean-Claude CAMUS également en moto. L’animateur Alexandre MARCELLIN (GROUCHO & CHICO) filme à titre privé pour elle, tout ce qui se passe aussi bien à l’extérieur que dans la salle. Devant l’OLYMPIA sur le boulevard des CAPUCINES, une file impressionnante espère trouver les dernières places. Tout le monde ne pourra pas entrer car tout est vendu, même les marches. Au lieu des 2.000, ce sera 2.500 personnes qui entreront, se tiendront debout, serrés et compressés. Sur le trottoir, des équipes d’ANTENNE 2 et de LA CINQ, interrogent les fans en leur demandant ce qu’ils pensent des adieux. Dans la salle et avant l’entrée en scène de la chanteuse, le spectacle commence déjà avec le public qui fredonne « Le tam-tam du vent » ou « Les rois mages ». Enfin le noir total, SHEILA présente pour la dernière fois l’imitateur Christian BRIAND en première partie. Celui-ci sera très ému, au point de faire un discours en remerciant le public et l’artiste. Après l’entracte, elle revient pour son dernier spectacle. Les fans et le public restent debout en chantant en sa compagnie « Vous les copains je ne vous oublierai jamais », « Jolie petite Sheila », « Première surprise-partie », « L’heure de la sortie » et « L’école est finie ». Lorsque la chanteuse entame « Ecoute ce disque », le public chante aussi fort que SHEILA ressent une émotion très forte en y versant quelques larmes. Le temps de quelques respirations et elle termine sa chanson, en rajoutant comme tous les soirs « Put your head on my shoulder ». La chanteuse continue avec « Comme aujourd’hui (Be my baby) » et « Just a gigolo » où la danseuse Jamie COSTA, arrive déguisée en grosse abeille, lors de la partie chorégraphiée de SHEILA et les choristes. Elle entame sa série des années quatre-vingt : « Monsieur Vincent », « L’écuyère », « Je suis comme toi », « Le dieu de Murphy », « Pour te retrouver », « Emmenez-moi », « Partir », « Le tam-tam du vent », « Spacer » et « Glori gloria ». Les fans et le public commencent à redouter le moment final, mais la chanteuse réapparaît de nouveau en jean bleu et tee shirt blanc, en annonçant pour la dernière fois son départ. Toute la salle debout lui crie : « Non !!! »… Trop émue, SHEILA ne peut interpréter « Je suis venue te dire que je m’en vais », alors que les musiciens continuent de jouer jusqu’au bout. Pendant ce temps, quelqu’un lui transmet un petit papier écrit « On est venu te dire que l’on t’aimait, que malgré tes adieux rien ne changerait. Pour tout c’que tu as donné sans un regret, on est venu te dire que l’on t’aimait. On voudrait que tu restes mais tu pars, on s’révolte, on est triste mais on respecte ton départ, on est venu te dire »… que toute la salle lui chante.

CE N’EST QU’UN AU REVOIR

Jean-Claude CAMUS arrive sur scène en remerciant le public et lui offre un nombre important de roses blanches, puisqu’il y en a une par mois de sa carrière. Le producteur prononce un discours contre les mauvaises langues qui affirmaient, qu’après le ZÉNITH, elle n’intéressait plus personne. Yves MARTIN se joint également à eux, alors que la chanteuse reste auprès des personnes rassemblées vers les premiers rangs qui tentent une dernière fois, une approche pour des poignets de mains, des bisous, etc. Juste avant que le rideau rouge ne se ferme, les musiciens et les choristes, ainsi que toute la salle jouent et chantent : « Ce n’est qu’un au revoir »…

Photos du Spectacle : Pierre ANDRIEU, Alain BENAINOUS, Véronique LE MOING, Christophe MOURTHE et Pierre VERDY

Invitations : Yvan BURGER, DANI, ELSA, Michel DRUCKER, Françoise HARDY, Véronique JANNOT, Franck JOURDAN, Jeane MANSON, Mimie MATHY, ORLANDO, Véronique SANSON, Sylvie VARTAN, Hervé VILARD, etc.

Arrangements Musicaux : Yann BENOIST

Chef d’Orchestre : Yann BENOIST

Réalisation Vidéo : Guy JOB

Assistant : Alexis MILLAU

Sonorisation Salle : Dominique BLANC’FRANCARD & S.T.C

Sonorisation Plateau : Olivier CROGUENNEC et Michel LUC

Photos du Programme : Christophe MOURTHE

Conception du Programme : Christophe MOURTHE

Produit par Jean-Claude CAMUS pour les Spectacles CAMUS-COULLIER, avec Marie-Luce LE MÉNAGER et Patrick VILARET (B.V.T.C)

Musiciens : Michel AMSELLEM Claviers, Yann BENOIST Guitares, Max-Pol DELVAUX Guitares, Stéphane IANORA Batterie, Léonard RAPONI Basse, Thierry TAMAIN Claviers et Sophie WALTER Percussions.

Instruments : B.B.S

Chœurs : Max-Pol DELVAUX, Bénédicte LECROART, Léonard RAPONI, Thierry TAMAIN et Sophie WALTER

Mise en Scène : Yves MARTIN

Chorégraphie : Jamie COSTA

Danseuse : Jamie COSTA

Régie : Michel QUESNEL

Lumières : Jacques ROURVEYROLLIS

Assistants : Bénédicte HULME, Bruno LANDRIEU, Martine MUXAGATA, Christophe PITRAS (BACKSTAGE)

Backliner (Assistant des Musiciens) : Eric PORTIER

Décors : Philippe GARDETTE, REGISPECTACLES (Alain DERLON et Daniel LARUE) & STACCO Spécialiste de la Scène

Techniciens : Lucien MONNIER et Jeanne TALLON Direction Olympia, Philippe GIROD, Jean-Pierre JULIE et Marc TASSAND Machinistes.

Techniciens Vidéo : Alain ROCH Direction Car, Jean-Michel BONNARD, Jean-Baptiste CORTET, Jacques COURBON, Philippe DORELLI, François HUSSON, Yves-Marie KERROS et Bernard TOURRES Cadreurs, Jacques FAVARD Opérateur Magnéto, Nicole PELLEGRIN Opératrice Montage, Chantal VILLEPREUX Opératrice Synthé, Béatrice DE NOUAILLAN Scripte et Julien PANNEQUIN

Effets Spéciaux : Marylise LASFARGUES

Costumes Sheila : YVAN & MARZIA Première Partie et Irène VAN RYB Deuxième Partie

Costumes : LE GARAGE Musiciens

Maquillage : Christophe ANDREW et Béatrix STELLATO

Coiffure : Caroline DUMEZ

Chaussures : REPETTO

Attachés de Presse : Dominique SEGALL et Stéphane GÂTEAU

Assitante Sheila : Véronique LE MOING

Assistant Jean-Claude Camus : Eric MOHAMD

Contacts : Jean-Claude CAMUS « ZOÉ Productions » 6 Rue DAUBIGNY – 75017 PARIS

Label de Production : MARSHE & ZOÉ PRODUCTIONS Disques et SPECTACLES CAMUS-COULLIER Scène

Label de Distribution : DISTRIBUTION PHONOGRAM (Groupe POLYGRAM) Disques et POLYGRAM MUSIC VIDÉO (P.M.V) Vidéos.

Label d’Editions : Editions NEW CHANCE SARL et Editions ZOÉ PRODUCTIONS

Sponsors : CENTRE VITATOP – LA BOUTIQUE DE PARIS (Luc GAIGNARD : Compositions Florales) – M.6 – R.T.L et Salon Jean-Louis DAVID (Catherine BERNARDIN, Jean et Sonia TAVIN)

Merci aux Spectacles Camus-Coullier et Phonogram…

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, mais il faut savoir que Bouddha commença sa carrière enseignante, par ces paroles : « Ouvertes sont les portes de l’immortalité, à qui a des oreilles pour entendre. Ayez foi ! »… Sheila

00 1989 3

ENREGISTREMENT PUBLIC OLYMPIA 89 :

SHEILA LIVE L’OLYMPIA-BRUNO COQUATRIX

« JE SUIS VENUE TE DIRE QUE JE M’EN VAIS »

SES PLUS GRAND SUCCÈS

Enregistrement : MOBIL STUDIO « LE VOYAGEUR » à l’OLYMPIA de PARIS 9è (Par Pier ALESSANDRI) & Studio S.F.P (Par Gilbert CARLA et Vincent MERLI)

Mixage : Studio PLUS TRENTE à PARIS 19è (Par Dominique BLANC’FRANCARD)

Gravure Digitale : Jean-Pierre BOUSQUET (TRANLAB)

Photos : Christophe MOURTHE

Pochette : Christophe MOURTHE

Produit par Yves MARTIN, pour MARSHE et ZOÉ PRODUCTIONS

Distribution : DISTRIBUTION PHONOGRAM (GROUPE POLYGRAM) 33 TOURS et CD - POLYGRAM MUSIC VIDÉO (P.M.V) CASSETTE VIDÉO V.H.S.

00 1989 5

00 1989 4

JOURNAL TV NUIT (Par Jean-Claude NARCY) T.F.1 (Diffusion : 03.10.89) Reportage & Interview Coulisses par Jacques BARBOT ; JOURNAL TV MATIN (T.F.1) Diffusion : 04.10.89 Reportage ; JOURNAL 13H (Par Jean-Claude NARCY) T.F.1 (Diffusion : 04.10.89) Reportage Olympia ; ROXANNE ROLL (Par ROXANNE et Dick RIVERS) M.6 (Diffusion : 04.10.89) Reportage Olympia ; FLASH INFOS (R.T.L : RADIO TÉLÉVISION LUXEMBOURG) Diffusion : 04.10.89 Reportage Olympia ; LE JOURNAL PERMANENT (LA CINQ) Diffusion : 04.10.89 Reportage Sheila à l’Olympia « Adieux » ; M.6 EXPRESS (M.6) Diffusion : 04.10.89 Reportage Sheila à l’Olympia ; TROIS PREMIÈRES (Diffusion : 06.10.89) Diffusion du Clip Pour te retrouver ; LE JOURNAL PERMANENT (LA CINQ) Diffusion : 16.10.89 Reportage Les adieux de la dernière ; LE JOURNAL (Par Guillaume DURAND) LA CINQ (Diffusion 16.10.89) Reportage sur les adieux de la dernière, avec la présence de Jean-Claude BRIALY ; JOURNAL 13H (Par William LEMERGIE) ANTENNE 2 (Diffusion : 16.10.89) Reportage Les adieux de la dernière par Kristian AUTAIN, M SEBAG et Ch FORGE.  

Les journalistes présentent ce spectacle comme celui des adieux. Ils donnent un avis positif très court de la prestation scénique, préférant se concentrer sur la décision de la chanteuse, qui s’explique devant les caméras et la presse écrite : 7 A PARIS Sheila, mais presque par Waldeck LEROC ; EST ÉCLAIR Sheila, l’adieu à la scène ; FRANCE DIMANCHE Sheila, son adieu à la chanson ! Dans l’Olympia stupéfiait, des cris, des pleurs et des mots d’amour ! Les adieux de Sheila par Philippe LEMARECHAL & Sheila en sanglots, c’était sa dernière soirée ! par Danielle BEAUR ; FRANCE SOIR Pour elle, chansons et disques, c’est fini. Sheila voulait partir sur un triomphe par Monique PREVOT et photo de Jean-Pierre MASSET & L’adieu au public, ce n’était plus l’Olympia mais le Parc des Princes par Agnès DALBARD ; GAI PIED Sheila, bye bye ; HAVRE LIBRE Le dernier show de Sheila ; ICI PARIS Sheila, la vraie et bouleversante raison de ses pathétiques adieux. Ce n’était pas un caprice de star, c’était un vrai ras-le-bol ! par Bernard MONCEL ; LA DERNIÈRE HEURE Sheila fait sensation à l’Olympia, la scène est finie par Eddy PRZYBYLSKI ; LA MARSEILLAISE Rideau rouge, Sheila sa dernière ; LA MONTAGNE-CENTRE FRANCE Sheila, l’école est finie… Elle raccroche ; LE CANARD ENCHAÎNÉ Vos gueules les couettes ! par Sylvie CASTER ; LE COURRIER PICARD Sheila, adieu à la scène ; LE FIGARO Sheila, une rentrée-sortie par JEAN MACABIES ; LE HÉRISSON Inch’… Sheila, l’école est finie par Jean-Pierre FILY ; LE JOURNAL DU CENTRE Les adieux de Sheila ; LE MÉRIDIONALE Sheila, l’adieu aux larmesLE MONDE Les adieux de Sheila par Claude FLEOUTER ; LE PARISIEN A l’Olympia, Sheila tire le rideau ! Pourquoi Sheila abandonne la scène après l’Olympia « J’en ai vraiment trop marre »… par Agnès DALBARD et photo de l’AGENCE FRANCE PRESSE & Sheila, l’adieu aux larmes ; LE QUOTIDIEN DE PARIS Sheila, pourquoi je pars… par François JONQUET & Sheila dernière ; LE SOIR ILLUSTRE Sheila, adieu la scène et bonjour la vie ! Le tam-tam des adieux par Bernard MEEUS ; L’HUMANITÉ Sheila se retire sous sa couette par Philippe MEUNIER ; LIBÉRATION Sheila, l’heure de la sortie ? par Hélène HAZERA ; L’INDÉPENDANT Sheila, les adieux ; OK-MAGAZINE Sheila, félicitée par ses copines ; PAROLES & MUSIQUE Sheila, partir en beauté par Bruno POMME ; PODIUM Sheila, j’ai toujours eu envie de terminer sur un rideau rouge. Une revanche formidable « Je suis venue te dire que je m’en vais » par Marc THIRION ; SPÉCIAL DERNIÈRE Sheila, je suis venue te dire que je m’en vais ; TÉLÉ 7 JOURS Charles Trénet « Sheila, ne prends pas ta retraite » par Jacques PESSIS ; TÉLÉ LOISIRS Les adieux de Sheila ; TÉLÉ MAGAZINE Qu’arrive-t’il à Sheila ? ; TÉLÉ STAR L’adieu aux larmes, puis VAR MATIN Sheila, adieu les copains, etc.

SHEILA vient de donner ce récital comme étant le dernier avec une partie de l’époque yé-yé et l’autre partie consacrée à ce qu’elle est devenue, après 27 ans de carrière. La chanteuse parle d’un ras-le-bol avec une accumulation de mauvaise foi, de méchanceté, d’irrespect, du nouveau système dans le métier qui l’empêche de poursuivre sa carrière. Il s’agissait bien d’une décision mûrement réfléchie. Yves MARTIN était contre et préférait une retraite discrète, pour mieux revenir au lieu d’un effet choc. SHEILA termine en affirmant être disponible pour pleins choses dont le cinéma, le théâtre, de faire un duo avec des artistes et annonce même se lancer dans l’écriture.

A l’occasion d’une interview pour TÉLÉ 7 JOURS, le chanteur Charles TRENET pense qu’elle fait une erreur car la chanteuse arrive à un âge, pour interpréter des choses plus mâtures et se sent prêt à lui écrire une chanson. L’acteur Jean-Claude BRIALY en parle également à la télévision sur LA CINQ, devant Guillaume DURAND en précisant qu’il trouve cela très triste et qu’après avoir eu tant de mal à faire de la scène, elle s’arrête. Il conclut cette phrase : « Les emmerdeurs, faut les emmerder ! »… Sa maman qui la connaît bien mieux que le public affirme qu’on lui en a trop fait voir, qu’on lui a fait beaucoup de mal et que la chanteuse en a marre. Lors d’un reportage sur la dernière, SHEILA termine en disant : « On m’en a mis plein la gueule, c’est le cas de le dire, bon ben j’ai abattu mes cartes, j’ai sorti quatre as. Moi je chante pas pour le show-biz, je chante pour les gens qui étaient dans la salle et eux, ils étaient là, et pour moi c’est la plus belle des récompenses ».

Jean-Claude CAMUS avait organisé une tournée d’adieu qui devait se terminer dans la salle du ZÉNITH, quelques mois plus tard. Mais le spectacle s’arrêtera là et des malentendus continueront à s’installer une fois de plus, entre le producteur qui n’aura plus aucune nouvelle de la chanteuse et celle-ci, qui enverra des certificats médicaux aux endroits prévus pour son passage. Nous pouvons remercier Jean-Claude CAMUS, d’avoir produit son premier spectacle au ZÉNITH et celui-ci de l’OLYMPIA. Grace à lui, on a vécu des moments inoubliables. Il a beaucoup aimé SHEILA et s’est investi énormément pour elle, ne l’oublions jamais.

Après les 2 semaines passées à l’OLYMPIA, SHEILA se pose des questions sur son avenir et se demande, si elle a eu tort ou raison de quitter la scène. La chanteuse entame une nouvelle vie et va se passionner pour la sculpture. Depuis plusieurs mois, SHEILA en parlait beaucoup à ses amis et décide un beau jour de se rendre vers le quartier des artistes de SAINT-GERMAIN à PARIS 5è, dans une boutique spécialisée. Elle y fait une provision de cartons à dessins, de chevalets, de crayons, de fusains sanguines, de papier kraft et du matériel de débutant pour la sculpture, etc.

18 NOVEMBRE 1989

Pour l’amélioration de son statut, SHEILA signe une transaction avec Claude CARRERE (SOCIÉTÉ CARRERE PRODUCTIONS). Il augmente les royalties restées à 10 % depuis 1967 en les passant à 15 % du prix de gros par disque, sur le catalogue de 1962 à 1982. Le producteur lui verse une somme d’argent et y ajoute une indemnité en bonus. Cette négociation met un terme sur les comptes du passé, depuis l’origine.

La SOCIÉTÉ CARRERE PRODUCTIONS publie une compilation en C.D : LES PLUS GRANDS SUCCÈS DE SHEILA d’après une photo de Syunsuke HASHIMOTO, datant de 1981. Des spots publicitaires sont lancés sur T.F.1, ANTENNE 2 et F.R.3. 235.000 (DISQUE D’OR)

En « retraite » volontaire, SHEILA commencera par quelques séances de dédicaces à travers la FRANCE, une fois par mois. Elle se rendra les après-midis dans des grands magasins de meubles devant une foule enthousiaste en signant des disques, des magazines, des photos, des posters, pendant que des hauts-parleurs diffusent la dernière compilation ou le dernier enregistrement public des adieux.

Entre-temps, l’artiste écrit un livre sans rapport avec la chanson mais sur des événements que pourront profiter les gens, sur les forces que l’on porte en soi.

AINSI FONT FONT FONT

Sur ANTENNE 2, l’animateur Jacques MARTIN continue sa formule de BON DIMANCHE qui devient DIMANCHE MARTIN. Il lance une nouvelle émission AINSI FONT, FONT, FONT où petit à petit débuteront Julien COURBET, Laurent GERRA, Virginie LEMOINE, Laurent RUQUIER, etc.

TOURNEE ENFOIRES

Un groupe d’artistes : Jean-Jacques GOLDMAN, Johnny HALLYDAY, Eddy MITCHELL, Véronique SANSON et Michel SARDOU commencent pour la première fois, une tournée à travers la FRANCE dans le cadre de LA TOURNÉE D’ENFOIRÉS, pour l’association de COLUCHE Les restos du cœur.

26 NOVEMBRE 1989

HERBLAY (95) CENTRE COMMERCIAL- LA PATTE D’OIE Dédicaces.

28 JANVIER 1990

BOURGES (18) Dédicaces.

04 FÉVRIER 1990

GONESSE (95) Dédicaces.

SUCCES FOUS

T.F.1 lance une nouvelle émission de variété SUCCÈS FOUS de Guy LUX, animée par Christian MORIN, Philippe RISOLI et Patrick ROY, tous les samedis à 20H45. Les artistes y interprètent leurs succès des années 60, 70 ou 80. Alexandre DEBANNE anime l’émission MULTITOP sur M.6, jusqu’à la rentrée.

11 MARS 1990

ÉPINAY SUR SEINE (93) Dédicaces.

Publié dans : ||le 31 mai, 2009 |3 Commentaires »

3 Commentaires Commenter.

  1. le 31 mai, 2009 à 20:48 brad écrit:

    Merci Steph pour ce recit tres détaillé… un concert a jamais gravé sur une pierre blanche.

    Répondre

  2. le 1 juin, 2009 à 15:45 Michel Jim écrit:

    Toujours très bien.
    Je ne savais rien du « comportement » de Sheila vis à vis de Jean-Claude Camus.
    A bientôt, Stéphane !

    Répondre

  3. le 4 juin, 2009 à 11:06 Michel Jim écrit:

    Dommage que, dans ce « dernier » spectacle, Sheila n’aie pas chanté l’intégralité de son album « Tendances »!
    Comme le concert était pensé comme être le « dernier », c’en est peut-être la raison.

    Répondre

Laisser un commentaire

mp33 |
Ornella |
le site d' ismaelovic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attitude 2007
| TKC TRIBE
| MaRiE : KiLlErPILZe eT tOk...